Vulgarité [ft Charlène Voirin]

Carnet v2Cher monsieur le psy, 
Quelqu’un m’a dit, un jour, que j’étais vulgaire. Le gros con. Je ne vois pas en quoi je serais vulgaire. Lorsque quelqu’un est vulgaire, c’est qu’il est grossier… Alors que déjà, d’une, je ne suis pas gros, je fais 60kg tout mouillé… Et de deux, je ne vois pas pourquoi il y aurait des mots interdits et non appropriés. C’est bon, ce n’est pas comme si j’avais prononcé le nom de Voldemort, ça n’a pas la même portée……. HOOOOO MERDE JE VIENS DE LE DIRE ! J’AI DIT VOLDEMORT ! J’AI DIT VOLDEMORT ! 
Cependant, la nouvelle année commençant, j’ai décidé de prendre une bonne résolution : cesser d’être vulgaire. A commencer par prendre des cours de jolis poèmes en compagnie de Charlène Voirin, jeune femme à l’esprit pur et au langage chaste qui, sur son blog, fait rimer poème avec beauté… Oui je sais, ça ne rime pas, mais elle arrive à les faire rimer, c’est pour dire son niveau de talent.
poète en herbe.jpg
« -Essayons un premier poème… « Je te mettrai bien ma bite dans ta teucha, alors montre ton slip que je m’y agrippe »  
Nonnnn Djy nonnn, on ne parle pas comme ça à une femme. 
-……..Ha….  « Je te mettrai ma bite dans ta teucha alors montre ton slip que je m’y agrippe, S’IL TE PLAIT ? »
Monsieur le psy O’SECOURS ! Serait-il possible de le prendre en urgence ? Mais comment parle-t-il au femme cet aliéné, ce cinglé, ce dingo, ce fou, ce givré ? 
-(Je fais la traduction : enculé, débile, gros con, gros trou, taré.)
« Pourriez-vous écarter les cuisses que j’y insère la clé de notre amour ? »  Voilà comment parle un gentilhomme. S’il te plait, s’il te plait, je t’en foutrais du s’il te plait. 
-Bah c’était pour être poli !!!!! Et puis attends… la clé de notre amour ?…. Mais moi je parle juste de baise. Et une clé… Une clé… Désolé mais je n’ai jamais vu un vagin ressembler à une serrure. Ce serait chelou…….
Lit serrure.jpg
Donc je ne dois pas dire « t’as un gros cul », mais plutôt « ton boule est aussi gros qu’une boule de bowling, jamais il ne rentrera dans ce qui te sert de string »
-Bin nonn Djy, non, c’est pas poli, c’est pas romantique, enfin !! Dis plutôt : « Tes fesses sont aussi rondes que notre planète, je prendrais bien mon engin pour en faire plusieurs fois le tour. » et tu peux rajouter ensuite : « Accompagne-moi, monte sur ma fusée, je vais te faire découvrir deux trois pirouettes. » Là il est possible qu’elles craquent.
-Qu’elles craquent, qu’elles craquent, à part des profs de français mangeant des cracottes, qui d’autres pourraient craquer avec ces phrases ? 
Toutes ! Prépare-toi à ce que leur fontaine d’eau d’amour coule à flot. Tu fais 60kg tout mouillé, et bien prépare-toi à en faire 10 de plus. TU VAS ÊTRE TREMPÉ ! 
-HA OUAIS ? Ca vaut le coup d’essayer. Mais comment faire ? Apprends moi, ô maîtresse ! Si je te comprends bien, je dois prendre l’objet de mon désir… En le comparant à un truc qui fait rêver… Mais en restant poli… Ok…. Ok…. Si je souhaite parler des seins… Bon. Je regarde à quoi le comparer… Ils sont deux, ce sont des bosses…. DES BOSSES DE CHAMEAUX ! Moi ça me fait rêver les chameaux. Ok… Alors…. Je me lance. Heu. « Tes seins sont tels deux bosses de chameaux dans le désert de ma vie sexuelle, quand j’en suce la graisse je n’ai plus besoin d’eau »…. C’est bon là, non ?!
chameau soutif.jpg
-Ouais, ouais, on rentre dedans là, Djy ! Attention tout de même ! La poésie d’humour est comme une bite tordue, au début ça fait rire. Puis comme on connaît pas forcément, on veut voir, aller plus loin, découvrir ces nouvelles sensations. Mais y aller trop vite, y aller trop fort, ça peut ne pas passer, et donc faire mal ! Comme le dit le petit lapin du train « Ne mets pas tes mains sur les portes (Peu de gens sont au courant, mais en fait ce message s’adresse aux adultes. Aux frotteurs, aux toucheurs… Les portes, sont donc les femmes.) Attention tu risquerai de te faire pincer très fort. »
-Haaaaaaaaaaaa C’est lié aux serrures !???
-Ah moins que ton truc c’est le sado-masochisme Djy… pourquoi pas, une petite fessée de temps en temps, je ne juge pas Djy…
-HEIN ?
-Quoi ? 
-MAIS NON ! 
 –QUOI Djy ?
 MAIS JE NON ! 
 –AH. Stop, non, je m’en fous, je veux pas le savoir, FAIS CE QUE TU VEUX AVEC TES TÉTONS. Bref je voulais dire, avant que tu ne m’interrompes avec tes pensées. Romantique, poétique, humoristique, oui, mais avec parcimonie.
poéte pouet
-C’est qui Cimonie ? Et je ne veux pas faire écrire mes textes par Cimonie ! Je veux le faire tout seul ! Je n’ai besoin de personne pour dire « bite couille nichon » ! ……… Enfin pardon, pardon, je me reprends, poésie, poésie, poésie, poésie : « trompe d’abondance, sachet de bonheur et glande nourricière de l’amour et de la bandade » (la bandade de morue, hahaha !) D’AILLEURS ! En parlant de sachet de bonheur !!! AU SECOURS ! Peut-être connais-tu mon amour pour dessiner des spermatozoïdes (Après mon coming-out sur les tétons, plus rien ne m’effraie) Comment dessiner ces zigouigouis sans être vulgaire, avec romantisme, poésie, humour et Cimonie s’il veut s’inviter ?
-Mais Djy, les spermatozoïdes, c’est l’amourrrrr. Y’a pas plus romantique et poétique que des spermatozoïdes en fait. C’est vrai, ces petites choses, c’est le début de la vie ! De la danse à la pénétration… Ils luttent pour la survie du monde !  Quoi qu’ils fassent, c’est du romantisme et de la poésie ces zigouigouis qui s’agitent pour créer le monde. Tu es poète Djy !  Tu dessines la poésie des premiers mondes ! 
spz poete enculer
-….. La poésie des premiers mondes ?… Mouais, c’est juste des zigouigouis hein. Cependant, Charlène, une chose m’effraie. Est-ce que je ne risque pas de perdre des lecteurs ? Enfin… Je ne veux pas dire mais…… Enfin. Comment dire pour éviter que ces lecteurs comprennent………. Leur cafetière ne déborde pas…… Ils regardent le doigt qui pointe quelque chose… Ils sont une panne d’électricité du siècle des Lumières…… Un épais brouillard perturbe le transit des informations…….. ENFIN ILS SONT CONS COMME DES BITES QUOI ! Et la non-vulgarité ne risque-t-elle pas de les mettre en marge ? Parce que quand je dis chatte, il n’y a pas un seul de mes lecteurs qui pensent aux félins… Si je dis gland, aucun ne va regarder la végétation pour y trouver un chêne. Si je dis « bite », ils pensent au sexe et non à la bite d’arrimage des bateaux. De même, si je dis « lèche vitrine d’une poissonnerie », ils penseront shopping et non cunilingus comme je souhaitais leur faire deviner et si je dis « cocon accueillant et chaleureux », ils vont penser Netflix+plaid en hiver et non pas à une chatte…. ENFIN, là, la chatte, je parle du vagin, pas du félin. Non à la zoophilie. BREF !!! Je ne vais pas changer mes lecteurs tout de même ?! 
psy poète
 –Tes lecteurs, Djy, sont peut-être comme des spermatozoïdes, tiens puisqu’on en parlait juste avant. Ils gigotent, ils s’agitent. Ils tentent de comprendre ces choses qui nous entourent. C’est pas toujours simple ! Certains y arrivent, passent la porte et déposent des messages. D’autres non, ils disparaissent  ! ça fait chier ! On voudrait qu’ils soient tous viables, on voudrait leur faire des bisous, euhhh…  Tout ça pour dire que ton blog, Djy, est comme un ovule ! Tes lecteurs installés, évolueront avec lui.
-Hoooo c’est trop beau ! Conclusion, mes chers lecteurs, vous êtes une grosse giclée de sperme bien chaude. Mais une giclée poétique. 
spz poete
A part ça ? Tout va bien !!! 






Note de fin du poète en (mauvaise) herbe :

Pour conclure, je tiens à remercier énoooooooooooormément Charlène Voirin qui a co-écrit ce texte !!!! Cette nana est, je trouve, absolument formidable dans son écriture. Lorsque je parle de poésie dans cet article, c’est vraiment parce que je considère qu’elle a vraiment un talent pour cela. Ses textes sont bien ficelés, pensés, bref, elle est géniale. Je trouve ce genre de co-écriture terriblement agréable dans la construction et dans le mélange des styles. Extrêmement jouïssif et instructif. J’aime. Je vous invite très fortement à aller la voir ici : CharlèneVoirin.com et elle commence également à développer un tout nouveau projet, la cabane des artistes, à consulter d’urgence.
Merci à vous de nous avoir lu jusqu’au bout !
Les textes sont de notre propriété privée et les dessins sont de ma plume, pas touche, merci !

 

Publicités

14 réflexions sur “Vulgarité [ft Charlène Voirin]

  1. Je tomberai presque amoureuse!
    Beau duo!
    Les deux versions ont leurs atouts et leurs défauts^^
    Le truc est de s’adapter à son interlocuteur-trice (pas évident mais tu sembles pouvoir, j’en suis certaine)^^
    Bref, une partie de jambes (en l’air ou non) c’est bien mais s’il n’y a pas de connexion cérébrale, c’est comme de la mayo sans moutarde non?

    Cordialement ( j’ai faillit marquer « sexuellement »)

    D.

    Aimé par 1 personne

  2. bah, reste comme tu es, c’est pour ça qu’on vient sur ton blog. ! Sinon la différence entre ce qui est cru et ce qui est « vulgaire », c’est un peu comme sensualité et sexualité, le premier convoque l’imagination, le second renvoie aujourd’hui à une notion de performance relevant plus du domaine de la compétition Toute la distinction que l’on peut faire entre érotisme et pornographie se situe donc à cet endroit : une réalité ne se limitant qu’aux ébats de corps dépourvus d’âme qui ferait l’économie d’un regard, d’une parole, d’une caresse, d’un parfum, d’un baiser…

    Aimé par 1 personne

    1. Exaaaactement ! Et parfois on a besoin d’imagination quand dans d’autres moments une bonne image bien illustrée vulgairement peut être aussi agréable !

      Merci miss Fujii en tout cas 🙂

      J'aime

Tu laisses un petit commentaire ? S'il te plaît !?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s